Glen Schofield est de retour avec son tout nouveau studio Striking Distance issu de PUBG Corp pour nous délivrer The Callisto Protocol, un survival-horror clairement inspiré de Dead Space. Un retour aux origines pour le créateur et son équipe avec des outils modernes et un tout nouvel univers pour tenter de conquérir une fois encore le cœur des amateurs de frissons.

Black Iron, le lieu de tous les cauchemars

Après avoir subi un assaut lors d’une livraison spéciale à la prison de Black Iron, Jacob Lee, interprété par l’acteur Josh Duhamel (Transformers) se retrouve emprisonné pour des raisons obscures sur ce pénitencier spatial. Très vite, les choses dérapent et la prison se retrouve sens dessus dessous à la suite d’un accident et d’horribles créatures arpentent maintenant les couloirs obscurs de ce lugubre bâtiment situé sur ce qu’on appelle « La lune morte ».

L’aventure ne tarde pas à commencer. Il ne faudra pas une longue introduction pour plonger le joueur au centre d’une intrigue qui se dévoilera au fil de la quinzaine d’heures de jeu qu’offre la campagne de The Callisto Protocol. Jacob devra presque immédiatement prendre les armes pour faire face à la horde de créatures sanglantes qui lui barreront la route. D’abord équipé d’une clé à molette, son arsenal s’étoffera avec des armes à feu à la portée, aux dégâts et à la stabilité variable.

Un système de combat maîtrisé, mais sans grandes surprises

Notre héros sera aussi équipé d’un gantelet spécial lui permettant de contrôler la gravité. Un outil indispensable pour projeter des éléments contre les monstres ou même les projeter eux-mêmes contre des surfaces pointues ou des bouches de ventilations pour les déchiqueter.

Le système de combat de The Callisto Protocol n’est pas forcément des plus développés et après quelques heures seulement, on ressent qu’il a même du mal à se renouveler. Mais force est de constater qu’il s’avère diablement efficace lorsqu’il s’agit de délivrer des sensations de puissance. Josh élimine les créatures déformées d’une main de fer et chaque arme est un plaisir à prendre en main.

Les contrôles sont instinctifs. Les deux gâchettes de droite servent aux frappes de mêlée légères et lourdes tandis que le joystick gauche sert aux esquives. Il suffit en effet de le pencher à droite puis à gauche (jamais deux fois dans le même sens consécutivement) pour pencher notre personnage et ainsi éviter une mort certaine. A côté de ça, l’utilisation des armes reste une option, mais comme tout bon jeu de survie, les munitions resteront très limitées.

S’il y a pourtant bien quelque chose qui handicape un peu le jeu comme une ombre qui plane au-dessus de l’aventure, c’est la lourdeur du personnage et une certaine rigidité dans ses mouvements. Cela nous donne constamment la sensation d’être écrasés par une gravité excessive. Couplée aux petits soucis de caméra que l’on rencontre si nous sommes trop proches d’un ennemi ou d’un mur, cela amène à des situations frustrantes en combat, tout particulièrement lorsque plusieurs ennemis se ruent sur le personnage.

Démembrer ou être démembrer

Comme nous vous le disons plus haut, le jeu met en place un système light-RPG par lequel il est possible de fabriquer de nouvelles armes et des améliorations pour tout l’arsenal de Jacob. Cela se passe par un système de crédits que l’on récolte en éliminant des ennemis puis en leur écrasant la tête d’un coup de pied, soit dans des coffres ou posés sur certains éléments du décor. On peut ensuite donner à une arme plus de dégâts, de munitions, de stabilité et ainsi prendre le dessus lorsque le nombre de créatures est élevé.

Globalement, et bien que The Callisto Protocol soit un jeu très linéaire, il est conseillé de fouiller chaque zone et de ne pas oublier de looter les ennemis pour se faire un stock de ressources et d’argent pour survivre plus facilement. Mais ne vous attendez pas à de grosses surprises dans le level design. Même si l’aspect artistique est bien présent et tout à fait remarquable, la construction des niveaux en tant que tels reste très limitée avec de petits embranchements en « Y » avec un chemin qui mène à l’objectif principal et un ou deux autres très courts menant vers un cul-de-sac avec des récompenses ou un tas d’ennemis puis des récompenses. Peu de place pour la surprise, donc.

The Callisto Protocol, un bon survival-horror qui se perd dans le passé

The Callisto Protocol s’inspire clairement de Dead Space tant sur le plan artistique que sur le gameplay. Cela amène par ailleurs certaines frustrations dans le choix des développeurs de reprendre certains codes d’époque avec un gameplay classique et une construction dans l’ensemble très linéaire. Avec des mouvements plus aériens et rapides, une meilleure verticalité et un bestiaire plus étoffé, le jeu aurait clairement pu prétendre au titre de jeu d’horreur de l’année. Au lieu de ça, on sent que Striking Distance Studios se reposent énormément sur les acquis de ses vétérans de l’industrie pour nous servir un peu trop de déjà vu.

Malgré tout, le titre nous propulse dans un monde à l’ambiance oppressante avec une direction artistique excellente et des graphismes qui frôlent régulièrement le photoréalisme. Mention spéciale pour la modélisation des personnages aux petits oignons qui efface la frontière entre cinématique et gameplay. Par contre, on conseille de se lancer dans la campagne en version originale puisque la VF souffre d’une très mauvaise synchronisation labiale.

Points positifs:

  • Une ambiance pesante de bout en bout
  • Des graphismes au top sous Unreal Engine 4
  • Les sensations à la DualSense sont excellentes
  • Un scénario intriguant
  • La bande-son qui ajoute un degré de tension
  • Le système de craft et d’améliorations

Points négatifs:

  • Un système de combat trop rigide
  • Des petits soucis de caméra
  • On aurait aimé un bestiaire un peu plus développé
  • La synchronisation labiale en VF est catastrophique


Fiche technique de The Callisto Protocol :
Éditeur : Striking Distance Studios
Développeur : Striking Distance Studios
Date de sortie : 2 décembre 2022 sur PS4, PS5, Xbox et PC
Type : Survival-horror
Langue : français / anglais

NOS NOTES ...
NOTE GLOBALE
7
Article précédentGame Awards : 505 Games et Epic Games teasent un jeu avec un acteur culte
Article suivantFortnite améliore lourdement ses graphismes sur consoles next-gen
Juste un homme qui donne vie à ses idées du haut de son clavier. Curieux de technologies et toujours enthousiaste pour les sorties vidéoludiques, je tâche de rester neutre sur un terrain ou une guerre de consoles inutile fait rage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici