Quand il s’agit de réaliser des jeux de skate avec une tonne de tricks différents et d’excellentes sensations, Roll7 fait partie des studios de référence, notamment grâce à sa série OlliOlli. Mais avec Rollerdrome, le studio repousse les limites de ses ambitions en quittant la perspective 2D en scrolling horizontal pour proposer une expérience 3D mélangeant ces mécaniques de skate maîtrisées à celles d’un shooter nerveux.

Un scénario prometteur placé au second plan

Les événements de Rollerdrome se déroulent 2030, dans un futur fictif où les mégacorporations possèdent les pleins pouvoirs sur le monde et organisent des compétitions sportives sanglantes autour de ce nouveau sport dont Kara Hassan, l’héroïne de ce jeu, veut en maîtriser tous les aspects pour devenir la championne d’un championnat international. Il y a là de quoi créer un véritable blockbuster hollywoodien en arrondissant certains angles et en y apportant beaucoup de substance. Hélas, Roll7 n’a pas souhaité exploiter la facette narrative de son titre pour miser le tout sur l’action pure et dure.

La campagne se divise en 4 phases comportant chacune 4 matchs à accomplir avant d’atteindre le podium final. L’objectif de chaque manche est bien sûr d’éliminer tous les ennemis présents dans les arènes roller, armé de différentes armes.

Dans Rollerdrome, il n’y a pas de tirs sans tricks

Le concept de Rollerdrome est vraiment original, car son gameplay met en place différentes mécaniques qui forcent les joueurs à jongler avec les tricks, les coups de feu et les poussent dans leurs derniers retranchements. Éliminer des ennemis ne suffit pas pour remporter la victoire. Ici, on ne peut pas recharger son arme, mais les chargeurs se remplissent lorsque l’on réalise des figures complexes et longues.

Au fil des manches réussies, les ennemis seront aussi plus nombreux et variés. Chaque sorte d’ennemis demandera une stratégie spécifique et l’utilisation d’une arme plus efficace qu’une autre. Par exemple, il y a des émeutiers avec un bouclier qu’il est possible de faire chanceler avec quelques tirs de fusil à pompe. Les artificiers, eux, nécessitent de multiples tirs rapides au double pistolet pour être éliminés avant d’activer leur bouclier qui demandera à Kara Hassan de repasser dessus pour les anéantir.

Choisir son arme est la clé du succès

La variété des ennemis n’est pas très importante, mais c’est le fait de jongler avec les armes et les stratégies, tout en s’efforçant d’effectuer des tricks pour se recharger qui donne à Rollerdrome un dynamisme hors du commun. Plus on avance dans la compétition, plus le jeu devient exigeant. Heureusement, le soft met en place quelques aides pour dézinguer les opposants, à commencer par un ralentissement du temps lors de la visée pour des tirs précis. De plus, la visée automatique est activée pour que le joueur puisse se concentrer sur le changement d’armes et la stratégie à adopter. Dans les faits, ces séquences de ralenti donnent de balles prises de vues et de bonnes sensations de puissance de tir puisque le titre prend en charge les fonctions de la DualSense.

Une très bonne rejouabilité qui pousse l’aspect compétitif

Au final, ce qui compte vraiment pour passer d’une étape à l’autre, c’est le nombre de défis accomplis au cours des manches. En effet, chaque match comporte une liste de défis à effectuer. Cela va de la simple récolte de jetons en effectuant des sauts et tricks à droit, à gauche à l’élimination des ennemis sous certaines contraintes en passant par l’éternel score ultime à atteindre.

En marge de ces défis, le joueur pourra aussi améliorer son score personnel qui se calcule en fonction du temps nécessaire pour terminer un match ou des combos effectués, par exemple. Le joueur aura ainsi une cotation de D à A ou S pour les gros balèzes.

Le tout se termine en une bonne dizaine d’heures de jeu. C’est un peu court, mais la rejouabilité est exemplaire en regard des différents défis et scores que propose le soft. Malgré tout, nous avons eu une sensation de trop peu au niveau des arènes qui sont parfois réutilisées d’une manche à l’autre. C’est dommage, car il y a avait là de quoi surprendre les joueurs avec des environnements toujours plus complexes au fil de la compétition. Il en va de même pour les armes. Au nombre de 4, elles seront toutes débloquées avant les demi-finales et ne pourront ni être modifiées ni améliorées. Fatalement, on en fait rapidement le tour ce qui diminue l’effet de surprise au fil des matchs.

Un parfait mélange des genres essoufflé à mi-chemin

Rollerdrome est né d’une superbe fusion brillamment maîtrisée entre un jeu de skate et un shooter nerveux. Empruntant des idées auprès de différents jeux du genre, il parvient directement à plonger les joueurs dans un univers futuriste sanglant avec un gameplay addictif et une flopée de défis à effectuer pour se dépasser continuellement. Le jeu semble pourtant s’essouffler à mi-chemin où la variété des ennemis, armes et arènes s’estompe pour ne compter que sur les performances brutes à la manette pour dynamiser son expérience. Ce n’est pas mauvais signe pour autant, mais on a du coup l’impression de passer à côté de quelque chose de plus gros, surtout sur le plan scénaristique qui démarrait très bien.

Points positifs

  • Un gameplay dynamique et captivant
  • Un style graphique particulier
  • Une difficulté croissante
  • On y retrouve toutes les sensations d’un bon jeu de skate

Points négatifs

  • Un scénario un peu trop en retrait
  • La maniabilité du personnage parfois un peu maladroite

Fiche technique de RollerDrome :

Éditeur : Private Division
Développeur : Roll7
Date de sortie : 16 août 2022 sur PS4, PS5 et PC.
Type : Sport / TPS
Langue : Anglais sous-titré

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici