Peu de temps après son annonce aux Game Awards 2021, Final Fantasy VII Remake Intergrade débarque enfin sur PC. Un portage que beaucoup de joueurs attendaient depuis longtemps suite à un contrat d’exclusivité empoché par Sony pour sa sortie initiale début 2020. Nous avons pu mettre la main sur cette version complète du jeu et avons pesé le pour et le contre de cette version vendue aux environs de 70€ sur l’Epic Game Store exclusivement.

Conditions du test: le jeu a été testé sur base d’une clé fournie par l’éditeur, sur un laptop gaming Razer Blade 15 équipé d’un GPU Nvidia RTX 2070 Max-Q Dsign, 8GB GDDR6 VRAM et un CPU Intel i7-9750H sur un écran Full-HD de 244Hz et un écran LG ULTRA GEAR 34GN850-B 3440×1440, Nano IPS 1ms GtG 144Hz.

Que contient le portage PC de Final Fantasy VII Remake Intergrade ?

Tout d’abord, il est important de souligner que le portage PC de Final Fantasy VII Remake Intergrade vient en quelques sortes dans une édition définitive comprenant l’expérience de base, déjà très copieuse, et le DLC INTERmission amenant une aventure inédite aux côtés de Yuffie, une combattante disposant de ses propres capacités inédites. Nous avons donc, au total plusieurs dizaines d’heures de jeu avec une direction artistique ayant longuement fait parler d’elle depuis la sortie initiale du remake. Les joueurs PC ne manquent donc aucun chapitre de la première partie de ce qui s’annonce comme un projet très ambitieux.

Un autre avantage est que les possesseurs de cette version Epic Games Store disposeront instantanément de divers bonus digitaux comme les matérias d’invocation Carbuncle, Poussin chocobo et Pampa, les accessoires ceinture de superstar, cristal de mako et boucles d’oreilles séraphiques ou encore l’arme exclusive d’INTERmission, le shuricac.

Retour fulgurant et accessible pour Cloud et sa bande avec l’Epic Games Store

Outre l’espace de stockage de 100GB recommandé, on se doit de mettre en évidence le bel effort d’optimisation du studio pour ce jeu pour ainsi dire next-gen ne nécessitant pas de grosses ressources dans sa configuration minimale. A vrai dire, pratiquement tous les PC de jeu de moyenne gamme disponibles sur le marché peuvent faire tourner ce FF VII Remake sans trop de problèmes. Si l’on veut profiter de son plein potentiel, en revanche, nous conseillons à ceux qui ne dispose pas d’un tout bon PC d’éventuellement se rabattre sur la version PS4 ou, mieux encore, la version PS5 et ses améliorations graphiques et plus encore grâce à la DualSense et l’audio 3D de la console.

A côté de la possibilité de régler la résolution d’image, le portage PC dispose de plusieurs options graphiques réparties dans un menu très ergonomique. Les joueurs qui aiment bidouiller leurs options trouveront d’ailleurs que le jeu manque peut-être de quelques paramétrages. Par exemple, nous retrouvons les réglages d’ombres et de textures ne disposant que des options « haute » et « basse », sans paramètres avancés. Il y a aussi le réglage de la fréquence d’images, la gamme dynamique HDR ou SDR et c’est sur ce dernier point que le plus de nombres d’options sont constatés. Le jeu permet à ce niveau d’ajuster la luminosité des tons clairs, sombres, la luminosité générale et des menus.

Pour le moment, il n’y a donc pas le moindre signe de ray-tracing, ce qui risque de froisser les détenteurs de cartes RTX, surtout vu le prix de vente du soft égalant le prix plein d’un titre next-gen. Il n’y a pas non plus de paramétrage DLSS et l’impossibilité de choisir un affichage étendu, la volumétrie des gaz ou des nuages, pour ne citer qu’eux.

Un portage réussi, mais fainéant

Final Fantasy VII Remake Intergrade s’en sort vraiment bien sur PC. Les développeurs ont su optimiser le jeu pour qu’il puisse être lancé par la majorité des configurations PC, à condition d’avoir un sérieux espace de mémoire libre pour l’installation (100 GB). On regrette cependant que le travail n’ait pas été un peu plus loin en ce qui concerne le rendu graphique qui se contente en règle générale de la version console.

Avec les cartes RTX actuelles, les joueurs auraient peut-être apprécié davantage de possibilités dans les paramètres ainsi que l’ajout de ray-tracing et du DLSS. C’est un peu pauvre de ce côté, surtout au vu du prix de vente plutôt élevé. La présence d’interaction usant des logos de la manette PlayStation auxquels on a simplement apposé les logos Xbox prouve une fois de plus que Square Enix n’a pas été au fond de la chose. Heureusement, le jeu en lui-même donne accès à une aventure copieuse, certainement l’un des meilleurs opus de la série. Là est le principal objectif du studio, et c’est réussi.

Points positifs:

  • Le jeu est très bien optimisé
  • Le contenu colossal d’Intergrade
  • La claque en 120 fps !

Points négatifs:

  • Un gros manque de personnalisation graphique
  • La présence d’interactions PlayStation d’origine en plus des logo s Xbox qui démontre un peu de fainéantise dans le portage
  • Le prix de vente
  • Incompatible avec l’affichage 21:9, quel dommage

TEST ORIGINAL DE FINAL FANTASY VII REMAKE


L’éditeur a précisé que plusieurs chapitres seraient prévus pour Final Fantasy VII Remake. Ce jeu n’en est en réalité qu’une partie, et se concentre principalement sur Midgar. Cloud, Tifa, Barret et les autres se dressent contre la Shinra, une organisation exploitant la source d’énergie vitale de la planète en toute impunité. L’aventure démarre d’entrée de jeu avec des panoramas époustouflants sur  Midgar, une cité urbaine unique en son genre. Scindée en secteurs, elle est le berceau d’une stratification sociale scindant la population répartie dans les différents bidonvilles et l’organisation Shinra, ses dirigeants et ses soldats. Ex-soldat, Cloud Strife est devenu une vraie tête brûlée et compte bien mettre en lumière ce que manigance la Shinra. Le prix à payer n’est évidemment pas évident et un très long parcours attend nos héros.

Final Fantasy VII Remake remanie l'aventure à la perfectionAu niveau scénaristique, Final fantasy VII Remake ne change pas fondamentalement. Mais cette première partie ne se concentrant que sur une faible portion du jeu original, on imagine dans un premier temps que Square Enix aura pris d’énormes libertés pour étendre la narration et faire durer le plaisir. Au fil des heures de jeu, on comprend assez rapidement que c’est effectivement le cas. Yoshinori Kitase et ses équipes ont su exploiter la racine de cet opus de légende pour la remanier et y ajouter de copieuses portions de scénario crédible. Aussi étonnant que cela puisse paraître, tout ce qui a été ajouté au scénario de Final fantasy VII Remake s’imbrique parfaitement au pilier fondateur, et rend même l’aventure plus attrayante que l’originale. Que ce soit au niveau des dialogues, de la mise en scène et de la prestance des personnages, tout a été respecté afin de rendre hommage à l’œuvre de 1997.

Un contenu annexe destiné au remplissage, mais pas dénué d’intérêt

Parmi les éléments destinés à allonger le plaisir, comptez de nombreuses quêtes annexes. Leur intérêt et leur durée sont assez variables. Mais dans tous les cas, c’est un petit scénario sympa qui se déroule lentement sous nos pouces. Elles font intervenir des personnages insignifiants comme primordiaux. Elles se présentent parfois sous le ton de l’humour, de la détente, de la détresse ou de la colère. Mais chacune d’elle vaut tout de même le détour. Si ce n’est pour son intrigue, au moins pour ses récompenses. Elles se traduisent de différentes façons. Les quêtes annexes de Final fantasy VII Remake permettent de se remplir les poches en Gills, en Matérias, en objets divers et parfois même en invocations. Y consacrer du temps ne peut être que bénéfique. Elles sont aussi toutes scénarisées et complexifient l’univers de Cloud.

Un contenu annexe bien présent
Les quêtes annexes sont bien présentes, mais facultatives

Final fantasy VII Remake est époustouflant à tout point de vue

Pour insuffler un énorme brin de vie au jeu, les cinématiques constituent un point essentiel dans le développement des personnages. Si nous connaissions déjà notre bande d’amis, leur personnalité est cette fois beaucoup plus consistante. Il en va de même pour tous les personnages du jeu, qu’ils soient principaux ou secondaires. Ceci est notamment appuyé par un doublage japonais et français de haute volée. Les animations apportent de leur côté un sentiment de dynamisme démesuré. Chaque rencontre est animée de façon à la rendre épique. Tant dans le fond que dans la forme, Final fantasy VII Remake est une véritable réussite. La plupart du temps, le jeu flatte la rétine et parvient à nous immerger totalement dans son univers si particulier. Jamais un jeu de la franchise n’aura été si captivant. On ne lui reprochera au final que quelques couacs visuels où les textures ont du mal à apparaître. Portes, portions de murs, visages de PNJ ou d’autres éléments mettront de temps à autre un certain délai avant de s’afficher correctement, mais il n’y a de toute façon rien de très choquant à ce niveau. Quoi qu’il en soi, un patch pourra aisément être appliqué.

Un combat design remanié

Là où cela risque de faire mal aux fans hardcores de la première itération, c’est peut-être au niveau des combats. Empruntant plus de mécaniques à Final Fantasy XV que le jeu de 97, le système de combat est assez particulier. Dans son ensemble, nous avons affaire à un jeu d’action. La touche Carré sert à attaque, le rond à esquiver, R1 à se défendre. Mais il existe aussi une autre facette essentielle et plus tactique. Lorsqu’on appuie sur la touche X, le temps ralentit et nous entrons alors dans un menu de sélection d’action. Que ce soit des invocations, des sorts, l’utilisation d’objets ou des attaques spéciales, c’est par ici que tout se passe si votre jauge ATB vous le permet. À l’exception des ces attaques spéciales au corps à corps qui peuvent éventuellement être activé instantanément en maintenant L1 et l’une des touches assignées.

Un combat designr emanié pour Final Fantasy VII RemakeLes affrontements restent malgré tout très stratégiques. Cela se ressent fortement dans les combats de boss. Il faudra très régulièrement temporiser via ce menu d’action. L’aventure ne sera pas facile. Dès lors, il faudra aussi que vos personnages soient équipés au mieux pour être prêts à affronter tout ce qui leur barre la route. Ainsi entre en jeu le système RPG de ce Final Fantasy VII Remake.

Final Fantasy VII Remake, un RPG avant tout

Ici, les choses n’ont pas vraiment changé. Nous retrouvons un système d’XP pour chaque personnage de l’équipe. Il permet d’améliorer l’arme équipée. Celle-ci garantit un certain niveau d’attaque, de défense, de magie, de vie ou de Points de Magie. Chaque arme possède son propre arbre de compétences. Rassurez-vous, il est possible de réinitialiser ces choix auprès d’un PNJ particulier si vous en ressentez le besoin (moyennant quelques Gills, la monnaie du jeu).

Nous retrouvons aussi des équipements. Bien qu’ils ne changent pas l’apparence des personnages, ils sont pourvus d’emplacements de Matérias, de bonus de défense, de magie ou d’attaque. Viennent ensuite les fameux Matérias. Ces orbes colorés octroient toutes sortes de bonus de bataille. Ils permettent entre autres d’utiliser des sorts de capacités différentes. D’autres offrent des avantages stratégiques ou des soins. Mais dans tous les cas, les matérias équipés peuvent évoluer de combat en combat. Leurs effets augmentent, mais leur consommation en PM aussi. Par conséquent, il est nécessaire de les utiliser à bon escient.

Des invocations époustouflantes

Certaines Matérias, plus rares en revanche, sont des invocations. Les invocations sont ces créatures auxquelles nous pouvons faire appel une fois au cours de combats particulièrement difficiles. Ils sont représentés par un élément symbolique, le Feu, la Glace, la Foudre ou le Vent. En théorie, chaque personnage peut avoir sa ou ses invocations. Celles-ci sont gagnées au cours de l’histoire, cachées dans les différents niveaux ou remportées dans des quêtes annexes. Elles sont essentielles à la réussite de certains affrontements, sans quoi ceux-ci s’avéreront très compliqués. Mais la difficulté ne nous fait pas peur, il paraît… Encore une fois, nous soulignerons le soin apporté à l’animation accompagnant chacune de ces créatures. Les appeler sur le terrain fait surgir une magnifique cinématique d’introduction éblouissante délivrant la sensation de prendre le dessus sur l’opposant.

Une grande victoire pour Square Enix et la franchise

Final Fantasy VII Remake, c’est le retour éblouissant d’une aventure cultissime. Ayant forgé l’histoire de PlayStation, le titre débarque sous son plus beau jour avec un concept remanié dans son intégralité. Le remake parvient toutefois à conserver l’âme du jeu d’origine. Cela en passant par une bande-son réorchestrée, des angles de caméra rappelant la bonne vieille époque et des personnages aussi charismatiques que l’on s’en souvenait.

Par chance, l’éditeur nous gratifie aussi d’une VF tout simplement impeccable. Celle-ci ajoute une nouvelle dimension à l’expérience Final Fantasy et donne au tout une âme fraîche. Final Fantasy VII Remake est tout simplement le premier chapitre d’une aventure intemporelle réimaginée à la perfection sur PS4 et PS5. Le jeu, un poil perfectible, est époustouflant à tout point de vue, tant par sa prestance visuelle que son gameplay aussi tranchant que la Broyeuse. Que vous soyez fan ou néophyte de la franchise, vous vous devez de sauter le pas et découvrir ce début d’aventure. Car oui, Square Enix nous réserve encore d’autres surprises pour cet épisode culte.


Fiche technique de Final Fantasy VII Remake Intergrade :

Éditeur : Square Enix
Développeur : Square Enix
Date de sortie : 16 décembre sur PC
Type : action-RPG
Multi : oui
Langue : français

NOS NOTES ...
NOTE GLOBALE
8
Article précédentMicromania sous le feu des projecteur pour ses garanties floues
Article suivantAvis – Destiny 2 : Pack 30e anniversaire Bungie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici