Fiche technique de Mirror’s Edge Catalyst:

Mirror's Edge cataylst box artDéveloppeur: DICE
Éditeur: Bandai Namco
Date de sortie: 9 juin 2016
Type: Parkour
Multi: Non
Langue: Français
Version testée: PS4

Mirror’s Edge revient après plusieurs années non pas dans une suite, mais un reboot. Le jeu aura été revu de fond en comble et intègre dans cette nouvelle version new-gen plusieurs améliorations. Après un plan marketing en béton, dévoilant maintes vidéos éclatantes et resplendissantes de beauté, Mirror’s Edge Catalyst est-il bien le jeu de parkour à la première personne que l’on attendait? Une chose est sûre, c’est que Mirror’s Edge n’a pas de réelle concurrence si ce n’est peut-être Dying Light si l’on fait abstraction des zombies.

La base de Mirror’s Edge est toujours bien présente dans ce nouvel opus. Vous incarnerez Faith, une coursière devant réaliser toute une série de trajets en escaladant gratte-ciel, courant sur les murs et, le plus difficile de tout, devant éviter au plus que possible les agents de KrugerSec de la société de Gabriel Kruger ayant main mise sur la ville tout entière. Nous retrouvons donc Faith dans un contexte plus concret que le premier volet. La ville de Glass donne un réel espace-temps à l’aventure, mais nous remarquons directement sur base des dialogues et de la mise en place des évènements que DICE aura privilégiés le gameplay parkour et l’approche open-world de la ville au détriment d’un réel scénario construit de manière élaborée. Un côté déjà très dérangeant dans ce titre est que DICE nous présente Faith comme une runneuse banale, au même niveau que ses collègues voir en dessous d’eux. Rien ne semble émaner de l’héroïne, et celle-ci semble avoir tout à prouver avant de s’élever au statut de coursière d’exception qu’elle semblait être autrefois.

Mirror's Edge Cataylst parkourDans la liste des choses à faire, nous retrouvons bien sûr les missions principales durant lesquelles Faith devra tout faire pour mettre à mal les plans de Kruger, un antagoniste lui aussi mis un peu en second plan dans un scénario décidément assez bâclé. Mais là ou Mirror’s Edge ne se plante pas, c’est bien dans son gameplay. L’expérience parkour à la première personne rend l’expérience du jeu très immersive. La carte de la ville de Glass et les aptitudes de Faith rendent l’expérience assez verticale, l’étendue de cette ville est très satisfaisante et les missions annexes fourniront bon nombre d’heures de jeu. Dans Mirror’s Edge Catalyst, il est possible de terminer l’histoire en 10 grosses heures. Mais les missions annexes peuvent facilement vous en rajouter 10 de plus avec une bonne diversité de choses à faire dans l’esprit parkour. On y retrouve par exemple le principe de la course d’un point A à un point B appelé Livraison. Pour une difficulté accrue, nous retrouvons aussi les Livraisons secrètes durant lesquelles vous ne devrez pas vous faire repérer par les agents de KrugerSec. Les quêtes annexes Noyau Sécurisé se rattachent un peu plus à l’histoire principale et nous donne un arrière-goût de inFamous Second Son. Il suffira ici de pirater les antennes de KrugerSec pour en réduire son emprise sur la ville. Ceci offre donc du divertissement, beaucoup de divertissement, et on notera aussi que ces quêtes annexes peuvent être réalisées en marge de l’histoire principale.

Mais à quoi bon réaliser des quêtes annexes pour un arbre de compétences (nouveauté dans le jeu) qui débloque des aptitudes sans même qu’on y touche? Si la plupart de ces aptitudes semblent ne pas être essentielles du tout à l’aventure de Faith, les deux ou trois seules compétences intéressantes seront tôt ou tard débloquées par défaut alors que vous avancez dans l’histoire. Mirror’s Edge donne donc l’illusion que la progression du personnage est propre à chacun sans donner de réelle liberté sur l’entièreté des mouvements de Faith.

Mirror's Edge Cataylst open-worldEnfin, Mirror’s Edge Catalyst apporte la base du premier titre à laquelle DICE a voulu apporter quelques améliorations. On ne parle pas du scénario qui, malgré quelques retouches, reste basique et ne propose que des dialogues primaires sans réel intérêt, mais bien de cette nouvelle approche open-world grâce à la ville de Glass dont nous vous parlions plus haut, dans laquelle Faith à libre parcours. Pour beaucoup d’activités, cela reste un simple schéma de trajet d’un point A à un point B entrecoupés de cinématiques assez bien réalisées, mais une fois le sens urbain de notre héroïne désactivé, le joueur (ou plutôt les vrais puristes) se retrouveront livré à eux même sans que le jeu ne lui indique le chemin le plus court et plus facile. Mais Mirror’s Edge Catalyst n’est hélas pas la claque attendue. Le jeu présente aussi pas mal d’aliasing, bien plus que ce que les nombreuses vidéos promotionnelles pouvaient nous laisser croire, la progression de Faith est mise sous illusion avec un arbre de compétences ne laissant pas vraiment le choix au joueur en ce qui concerne la priorité des compétences à débloquer, le scénario est un peu laissé au second plan. On ne se contentera alors que d’un gameplay assez dynamique, une sound design incroyable (les bruitages de pas dépendant de la surface sur laquelle Faith cours, par exemple, ou une musique de fond très entraînante), et une durée de vie plus que respectable.

Le système de combat pointe également une débilité profonde de l’IA. Pourtant, une fois l’affrontement commencé avec la vue à la première personne du jeu, les sensations sont plus réelles, l’adrénaline monte en nous car nous ne devons pas perdre l’ennemi de vue, mais l’IA ne réplique pas vraiment à votre stratégie. C’est à dire que, par exemple, sauter 10 fois devant un ennemi pour lui donner un coup de pied en plein visage fonctionnera parfaitement. L’agent de KrugerSec n’aura pas le bon sens de se dire qu’il faudrait reculer, vous contourner ni même se protéger. Cela alourdira ces affrontements qui ne proposeront du challenge qu’une fois tombé face à un ennemi répliquant machinalement à un ou deux types d’attaques en répliquant par une contre-attaque vous affaiblissant lourdement.

Mirror's Edge Cataylst combatsMirror’s Edge Catalyst reste malgré tout un très bon jeu de parkour, sans toutefois transporter le joueur dans une aventure futuriste qui, dans ce reboot, semblait être plus terre à terre. L’ambition ne manque pas, mais on se rend à nouveau compte que les jeux scénarisés ne sont pas le point fort de DICE qui se plante royalement sur ce point. Faith ne nous donne pas l’impression de sortir du lot par rapport aux autres coursiers, et c’est bien dommage. On ne demande justement qu’à se sentir unique, mais les missions sont aussi rythmées par les autres runners de votre bande qui semble plutôt vouloir vous faire passer de multiples tests pour vous sortir de cet état de vieille fille sortant de la retraite, c’est dommage.

Points positifs:

  • De belles cinématiques
  • Une ville de Glass donnant un côté open-world à Mirror’s Edge
  • De nombreuses activités annexes
  • Une bonne durée de vie

Points négatifs:

  • Un jeu moins beau que prévu
  • Un scénario faiblard
  • Un arbre de compétences assez inutile puisqu’il se complète automatiquement
  • Pas de sentiment que Faith est une runneuse d’exception
  • Quelques chutes de framerate par moment

SITE OFFICIEL DE MIRROR’S EDGE CATAYLST


 

NOS NOTES ...
Gameplay
7
Histoire
5
Graphismes
6
Audio
7
Article précédentDetroit: Become Human dévoile sa durée de vie
Article suivantXbox One S: Une vidéo d’Unboxing par Aaron Greenberg

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici